Le Mali possède au 31 Décembre 2014 :  10 313  330 bovins, 14 422 280 ovins, 20 083 130 caprins, 527 957 équins, 960 414 asins, 998 558 camelins  et 78 061 porcins (Source rapport annule 2014 DNPIA).

Cet élevage demeure essentiellement extensif (élevage transhumant et élevage nomade), fortement tributaire de ces ressources naturelles. Ceci  implique la mobilité des animaux qui reste, dans ce cas, la meilleure forme d’exploitation des ressources fourragères et des points d’eau.

Les cultures fourragères pérennes en prairies artificielles sont peu développées et les animaux se nourrissent principalement du fourrage herbacé et ligneux des parcours naturels. La qualité et la composition de ce fourrage sont variables selon les saisons et les principales zones agro-écologiques du pays : zone soudanienne, zone nord-soudanienne, zone sahélienne, zone saharienne et le delta intérieur du Niger.

La production fourragère en fin d’hivernage est relativement abondante.  Malheureusement, une bonne partie de ce potentiel est chaque année réduite en cendres par les feux de brousse.

Aussi faut-il souligner que les points d’eau naturels (mares, lacs, fleuves,…) constituent les sources d’abreuvement essentielles des animaux, notamment  sur les longues pistes de transhumance et de nomadisme.

voir plus cliquer sur le lien ci-dessous

Présentation Pastoralisme et changement climatiquex